Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

L'actualité en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

L'érosion, un phénomène naturel qui peut être évité

Des financements existent pour réaliser des aménagements d’hydraulique douce dans les parcelles. Ils permettent de lutter contre l’érosion et de préserver les sols.

Voilà plusieurs années déjà que les collectivités et les agriculteurs du Nord-Pas de Calais se mobilisent collectivement dans la lutte contre l’érosion des sols. Les principaux facteurs influençant l’érosion sont la pluviométrie, le type de sol, le relief du bassin versant, les pratiques culturales et l’occupation des sols. On estime la perte à 10 tonnes de terre par hectare et par an au niveau du Nord-Pas de Calais. À cela s’ajoutent d’autres conséquences, comme l’atteinte du milieu naturel (ex : colmatage des rivières) ou encore des dégradations sur les biens publics et privés.

 

Le Nord-Pas de Calais, un territoire engagé pour préserver ses sols

Par ses pratiques culturales, l’agriculteur peut améliorer la capacité d’infiltration de ses sols et limiter l’apparition de la croûte de battance. Une gestion optimisée des parcelles agricoles permet d’infiltrer la majorité des précipitations moyennes du Nord-Pas de Calais. En complément, la mise en place d’aménagements légers permet de gérer les eaux en excès vers l’aval, sans dégâts dans les parcelles. Ces aménagements dits d’hydraulique douce sont des fascines, des haies et des bandes enherbées. Ils peuvent être implantés dans le cadre des programmes de lutte contre l’érosion des sols menés par les collectivités (ces travaux sont alors réalisés grâce aux financements des collectivités et aux subventions de l’Agence de l’eau et du Conseil départemental du Pas-de-Calais).

 

Entretenir les aménagements, c'est essentiel 

Pour rester efficaces, les fascines et les haies nécessitent un entretien régulier. Celui-ci est à la charge des exploitants ou des collectivités en fonction des territoires. Pour les haies, il faut effectuer un entretien régulier avec un outil adapté (lamier). Attention pour rappel, la réglementation BCAE (bonnes conditions agro-environnementales) interdit les travaux d’entretien du 1er avril au 31 juillet.

Les fascines nécessitent un entretien plus spécifique. Elles sont composées de deux rangées de pieux de saule qui maintiennent des fagots de branches. Ces ouvrages sont « vivants » et les pieux vont produire des rejets. Ils doivent être taillés régulièrement (tous les 2 à 3 ans) et utilisés pour reconstituer le fagot.

La pérennisation de ces ouvrages exige l’attention des agriculteurs lors du travail du sol, des chantiers de récolte ou du passage pour les traitements. Les animateurs « érosion » des syndicats de bassin versant, les conseillers « érosion » de la Chambre d’Agriculture et les financeurs procèdent régulièrement à leur vérification, leur fonctionnement et également leur reprise. Si vous vous interrogez sur l’entretien de vos ouvrages, contactez votre collectivité ou la Chambre d’Agriculture au 03 21 60 57 60. Un ouvrage en mauvais état perdra son efficacité hydraulique.

Alice Dufosse, Conseillère érosion Chambre d’Agriculture du Nord-Pas de Calais