Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

L'actualité en détail

Les flux rss du siteImprimer la page

La résilience des exploitations laitières au cœur des recherches du projet EuroDairy Hauts-de-France

La résilience désigne la "capacité d'adaptation pour assurer la pérennité de l'exploitation via des facteurs sociaux, économiques et environnementaux." Ainsi, soumis aux mêmes aléas, certaines exploitations de la région résistent mieux que d'autres. Plusieurs facteurs entrent en jeu et permettent ainsi d'assurer la pérennité de l'exploitation.

La ferme du fief située à Béthencourt-sur-Mer dans la Somme est l’une des fermes pilotes du programme EuroDairy et également ferme de référence du réseau Inosys élevage depuis de nombreuses années. A travers, leurs échanges et expériences, ses propriétaires ont su optimiser l’efficacité de leur exploitation et faire face à la conjoncture peu favorable. Cette capacité d’adaptation, la famille FOURNIER l’a très vite mise en œuvre. En voici les grandes lignes. 

Trajectoire de l’exploitation : anticiper les investissements pour une installation et un agrandissement de l’exploitation en douceur

Installé depuis 1980 sur la ferme familiale, Jean-Marc Fournier a très vite compris la nécessité d’avoir un temps d’avance. Très rapidement, il opte pour la construction d’un nouveau bâtiment pouvant accueillir 80 places de logettes malgré un quota de production fixé à 260 000l en 1984. L’arrivée sur l’exploitation de son fils Jean-Michel en 2013, a elle aussi été anticipée au moment de la mise aux normes en 2000, ce qui a permis de limiter les investissements en 2013 (aucun achat d’animaux et de matériel). Au total ce sont 50ha de reprise et une attribution de 280 000l par la laiterie. Aujourd’hui, avec 1100000l,  120 vaches laitières et 153ha, la stratégie de l’exploitation reste identique à savoir déléguer les travaux de plaine et de la récolte pour prioriser le suivi du troupeau et maîtriser la marge de l’atelier lait.

Organisation du travail : de la souplesse pour pouvoir s’investir ailleurs et maintenir sa compétitivité.

Question main d’œuvre, l’exploitation tourne aujourd’hui avec 3 UMO exploitant (Jean-Michel et ses parents) et un salarié embauché depuis 2010. Chaque personne est polyvalente. Cette organisation permet de disposer de temps dédiés aux congés (15 jours/an) et à la formation. Pour faciliter la gestion du travail et les remplacements, tout est noté sur des tableaux disposés aux 4 coins de la ferme. Le départ en retraite des parents approchant,  l’embauche d’un second salarié et l’automatisation de certaines taches comme le raclage sont actuellement en réflexion.

Conduite technique : simple et efficace

Ici, les mêmes aliments sont distribués pour tous les animaux, ce qui facilite l’achat par camion (tourteau de colza et corn feed) et réduit les coûts. Tout est pesé pour éviter le gaspillage. Les vaches laitières reçoivent du maïs ensilage, du colza, du corn feed et de l’urée. Quant aux vêlages, ils sont étalés sur l’année pour optimiser la place dans les bâtiments. Les 50ha d’herbe et les 50ha de maïs ensilage confortent le coût de production par l’efficacité alimentaire de la ration du troupeau.

Des charges de structures bien maîtrisées

Côté bâtiments, ils sont optimisés et saturés. Les éleveurs ne souhaitent pas aller plus loin dans l’agrandissement. Au niveau du matériel, les investissements sont peu nombreux, toujours réfléchis et souvent d’occasion. L’épandeur destiné à la ration des vaches a été acquis pour 2 000€, par exemple. Seul le télescopique a été acheté neuf. Concernant le matériel des travaux des champs, l’épandeur à engrais et le pulvérisateur ont été conservés pour pouvoir intervenir au meilleur moment.

Grâce à cette stratégie et cette gestion rigoureuse, l’exploitation de la ferme du fief a su encaisser les chocs et revenir sur sa trajectoire de stabilité voire de croissance. Cette exploitation résiliente est un bel exemple que le projet EuroDairy continue d’étudier en vue d’en faire profiter le plus grand nombre d’éleveurs et ainsi les aider à résister le mieux possible, pour un avenir plus serein.
Rédacteur: Anthony Chemin, Chambre d’Agriculture de la Somme
pour l’équipe EuroDairy Hauts-de-France

 

En savoir plus sur le projet EuroDairy : Projet européen sur la durabilité de l’élevage laitier
L’objectif du projet européen est la mise en réseau de groupes d’innovation entre éleveurs, experts, scientifiques des différents pays partenaires. EuroDairy est construit autour de 4 thématiques : l’utilisation efficiente des ressources, la biodiversité, le bien-être et la santé animale ainsi que la résilience socio-économique.

Ce projet est décliné localement dans le but d’étudier la résilience socio-économique des exploitations laitières dans leur environnement, de développer l’attractivité du métier et d’échanger-vulgariser afin de pérenniser les élevages laitiers de notre région. Ce projet est porté par les Chambres d’Agriculture des Hauts de France et bénéficie d’un financement de la Région.

Un groupe opérationnel formé par des fermes pilotes et des acteurs de la filière lait, travaille sur ces thématiques pour proposer des solutions concrètes. Les résultats de ce travail seront diffusés au fur et à mesure de l’avancement du projet.
Contact: Elisabeth Castellan, Chambre d'agriculture Nord Pas de Calais
Plus d’informations sur le site EuroDairy